Histoire du château et du parc de Bétange

Le voyageur, qui aborde la vallée industrielle de la Fensch en venant de Thionville, est frappé de traverser, au milieu de l’agitation urbaine, un îlot de calme et de verdure. Ce havre de paix, comme hors du temps, s’appelle Bétange. Ce n’est pas par hasard si le dernier propriétaire de ce fief avant la Révolution française avait pris pour devise : « Sans bruit, sans éclat ».

Les origines

L’origine du nom Bétange (Bettingen) est très ancienne. Il provient des invasions germaniques des IIIe, IVe et Ve siècles. Les bases de la société franque de l’époque était la famille : le clan. Une fois établie, fixée sur une terre, cette dernière prenait le nom patronymique du chef de clan auquel on ajoutait le suffixe « ingen » pour indiquer la possession.

Par ailleurs, on trouve également à Bétange des traces de campement romain et les archives font mention dès le XIIIe siècle d’un Seigneur de Bétange et de la présence des troupes du Comte de Nassau en 1521 qui y campèrent.

Les premiers propriétaires

Au 17e siècle, Bernard de Gondersdorff, allié aux Metternich, acquiert différents châteaux dans la région dont le fief de Bétange, à l’époque où toute la prévôté de Thionville appartient au Grand-Duché de Luxembourg.

Venue à Thionville après l’occupation par les troupes de Condé en 1643, la famille La Roche Gyrault dont Etienne, lieutenant-colonel au régiment des dragons de la Bretesche, prend pied et s’installe non seulement à Thionville mais aussi à Guénange et à Bétange.

En 1681, Etienne de la Roche Gyrault rend foi et hommage au roi de France pour le fief de Bétange.

En 1763, François Bernard rachète Bétange. Fils d’un huilier à Ebange, il a fait fortune dans l’administration des vivres à Paris. Il rend foi et hommage au Roi pour la terre de Bétange en 1767. 

En 1806, le fief de Bétange est racheté par Louis-Philippe Eugène, Comte de Béthune-Pénin, qui le transmet à son gendre, le Baron Emmanuel d’Huart. La sœur de celui-ci épouse le Comte de Serre, premier président de la Cour impériale de Hambourg, député du Haut-Rhin, ministre de la Justice et ambassadeur à Naples. Après la mort de son époux, la Comtesse de Serre, née d’Huart, fait ériger le château actuel en 1828.

Bétange, résidence privée des maîtres de forges

En 1834, Victor-François de Wendel (dit Franclet) et son épouse, Pauline de Rosières, rachètent Bétange. Les propriétaires actuels descendent de ces deux aïeux.

En 1856, le Baron Théodore de Gargan, cousin de Victor François de Wendel et arrière grand-oncle des propriétaires actuels, fait

Bétange_19e_siecle.jpg

l’acquisition de Bétange. Il est, avec sa femme, Alice Espivent de la Villeboisnet, à l’origine du domaine de Bétange tel qu’il existe aujourd’hui. Ingénieur des Arts et Manufactures, il gère les usines d’Hayange et Moyeuvre avec son oncle Charles de Wendel puis avec ses cousins Henri et Robert de Wendel. Le Baron Théodore de Gargan fait ériger une chapelle attenante au château et, en pendant, une autre aile comprenant une salle de billard. Il fait aussi ériger dans le parc une statue de la Vierge en fonte appelée « Notre Dame des Neiges » et un élégant pavillon chinois en branchages de fonte sur l’un des deux étangs. Il rachète plusieurs terrains et clôt sa propriété par 3600 mètres de grille en fer (nommément inscrite aux monuments historiques). Il crée deux belles allées d’accès, l’une de marronniers (de 650 mètres de long) et l’autre de tilleuls, reliant le château aux routes de Thionville et de Metz. 

La Baronne Théodore de Gargan est très attachée aux missions étrangères et fait de Bétange un lieu de paix et de recueillement pour les missionnaires malades ou fatigués. Le Baron Théodore de Gargan meurt à Bétange le 5 août 1889 et son épouse le 17 décembre 1903. Leur neveu, le Baron Auguste de Gargan, père de Thérèse de Gargan, l’épouse du maréchal Leclerc de Hautecloque, vient s’installer à Bétange avant son décès prématuré en 1923. Bétange revient ensuite par héritage au Baron Charles de Gargan, également propriétaire de Preisch, qui le transmet à son fils ainé, le Baron Louis de Gargan qui vient s’y installer avec sa famille.

TheodoreDeGargan1827-1889.jpg

En 1921, le neveu du Baron Louis de Gargan, le Comte Emmanuel de Mitry, attaché à la gérance de la société « Les Petits Fils de François de Wendel et Cie » s’installe à Bétange. Il épouse en 1926 Marguerite de Wendel, la fille de François de Wendel, gouverneur de la Banque de France et président du Comité des Forges. Le Comte et la Comtesse de Mitry donnent au château plus de commodités intérieures en remplaçant la salle de billard et la chapelle par deux ailes à terrasse (surélevées par rapport aux ailes initiales). La pierre d’autel et les vases sacrés de la chapelle sont remis à l’Evêché de Metz. Ils font de Bétange leur résidence principale et y vivent avec leurs 10 enfants.

Les Guerres 14-18 et 39-45

Pendant la guerre de 14-18, le château de Bétange sert de quartier à des officiers de la troupe, sans que des dommages ne soient à déplorer.

Dès septembre 1939, l’Etat Major du Corps d’Armée colonial sous les ordres du Général Freydenberg, prend ses quartiers à Bétange. Le Génie construit cinq abris bétonnés dans le parc. Lors de l’offensive allemande du 10 mai 1940 et après la percée de Sedan, ce corps d’armée quitte Bétange pour aller combattre dans l’Aisne. Le 18 juin 1940, les Allemands occupent Florange et le Ministère de la Propagande installe à Bétange une école de cadres nazis.

Peu après la libération de Florange par les Américains le 11 septembre 1944, les troupes américaines s’installent à Bétange. Ce n’est qu’après le passage du Général Patton à Bétange et l’avancée de ses troupes en Allemagne, que le Comte et la Comtesse de Mitry peuvent reprendre possession de leur propriété.  

Général Patton à Bétange, le 23 septembr

Bétange aujourd'hui

Le château et le parc de Bétange appartiennent aujourd’hui à Madame Odette de Mitry et à sa famille Fani et Philippe Aymer de la Chevalerie et leurs enfants qui s’attachent à faire de Bétange une maison de famille dans le prolongement de sa vocation initiale et tentent de préserver ce havre de paix contre l’urbanisation croissante de la vallée. Ils se battent avec énergie contre un projet d’autoroute qui viendrait troubler la quiétude de ce domaine intégralement inscrit aux monuments historiques et perturber sa biodiversité. Le parc de Bétange et l’allée des marronniers abritent en effet une espèce protégée de chauves-souris, le Grand Rhinolophe, de nombreux animaux ainsi qu’une quarantaine d’espèces d’oiseaux.

Le parc de Bétange est régulièrement ouvert au public lors des Journées Européennes du Patrimoine.

Pour l’édition 2020, le parc de Bétange est ouvert à la visite le dimanche 20 septembre de 14h à 18h (entrée : 2€ par personne - gratuit pour les moins de 12 ans).

Château de Bétange 2020 fani.aymer@yahoo.fr

Le Château de Bétange au XIXème siècle